Avec ou sans pattes

07/01/2011

Un billet écrit par Claude Cébille

Dans le Dojo, sueurs, gémissements et travail assidu. Un élève se détache de son partenaire et va directement s’incliner devant Sensei, assis en lotus à côté du kamiza, remplissant des papiers tout en nous surveillant ostensiblement. « S’il-vous plaît, Sensei, pouvez-vous venir voir si mon mouvement est correct ? ». Oui, monsieur, aussitôt que j’en ai terminé.

Un quart d’heure se passe et l’élève, respectueux s’incline à nouveau ... « S’il vous plaît, Sensei, c’est au sujet de mon mouvement, m’auriez-vous oublié ? »... Non, monsieur, j’ai presque terminé, vous pouvez retourner travailler. Une demi-heure s’écoule, l’élève se reincline... Alors, Sensei lui demande :

Dites-moi, monsieur, votre mouvement, fait-il rouler à chaque fois que vous l’exécutez ? « Oui, Sensei », répondit l’élève.

Monsieur, répondit Sensei, vous m’en voyez désolé, mais je ne peux rien faire de plus pour vous aider, car si votre mouvement fonctionne à chaque fois, c’est très bien comme cela, continuez, et surtout, NE M’OBLIGEZ PAS A METTRE DES PATTES AU POISSON.

- Claude Cébille