Instants

10/12/2010

Un billet écrit par Claude Cébille

L'instant dans le cognitif

La finalité de cette voie forme des clones bien propres, jolis a voir évoluer, mais totalement dénués d'intelligence et d'initiatives personnelles. Ayant étés conditionnés par le « par cœur », comment arriver à la réussite espérée sans le consentement actif de différentes entités aux imprévisibles réactions. Ainsi restent deux énergies face à face dans l'impossibilité physique de s'unir instantanément puisque le choix de leur comportement est prémédité, interdisant la spontanéité universelle dans l'union des énergies. Ne se produira donc jamais l'étincelle recherchée par le soudain frottement du silex, ni la parfaite osmose de l'eau et du thé. C'est donc le mauvais comportement.

L'instant dans le sensitif

La finalité de cette voie est de court-circuiter l'analyse intellectuelle trop lente face au geste. Dans cette démarche le corps agit à notre insu et est considéré comme un tout homogène et non fait de morceaux disparates ainsi, l'homme devient corporellement et spirituellement libre dans sa démarche d'union et se laisse guider par le flot des énergies sans rien préméditer. Dans cette hypothèse, l'action alors devient une fugitive rencontre en osmose avec l'Univers et non cette attente d'une entité au détriment d'une autre. Dans notre Art, subodorer les choses est mieux que de les comprendre. Si par inadvertance vous posez votre main sur une plaque chauffée à blanc, sans rien avoir prémédité, vous retirerez cette main instantanément et vous en serez vous-même tout surpris. Pour obtenir ce résultat, il suffit de se taire, de rester modeste, de respecter autrui et surtout de travailler dur. Voici dans notre Art, le bon comportement.

- Claude Cébille