aikido GHAAN


Blog

Interview d'André Nocquet - février 1984

Publié le : 23/02/2009
Catégorie : articles
Tags : nocquet , interview

En février 1984, le mensuel éphémère "Aikido Magazine" publiait une interview de Maître Nocquet. Grace au site "Encho", nous avons accès à des extraits de cet article très intéressant.

Aikido Magazine : De quoi était fait le quotidien au Dojo?

André Noquet : A cinq heures du matin, on se levait. Il fallait nettoyer le Dojo. Il y avait Tamura Sensei et Noro Sensei avec moi. A six heures trente le Maître arrivait pour donner son cours. (...) A six heures trente tous les jours, sans exception. C'était un cours merveilleux. Il y avait une ambiance extraordinaire (...)

Lire la suite

Biographie de Maître Nocquet

Publié le : 15/10/2008
Catégorie : articles
Tags : nocquet , biographie

Un article sur la vie de Maître André NOCQUET paru dans la presse dans les années 70.

« De la force physique pure à la puissance sereine de l'esprit ». C'est par cet exergue éloquent que devrait débuter toute biographie consacrée à André Nocquet, septième dan d'aïkido aujourd'hui. En effet, avant de s'illustrer brillamment dans l'art martial qu'il a si considérablement contribué à diffuser, ce grand budoka fut un adepte de la fonte, à l'instar de tous les sportifs de sa jeunesse qui ne juraient que par centimètres de muscles ! Mais, contrairement à ces derniers, André Nocquet sut immédiatement reconnaître la primauté du mental sur le corps dès qu'il put en admirer l'harmonieux résultat. En ce sens, et nonobstant l'importance des rencontres qui lui révélèrent cet aspect encore ignoré en Occident de la maîtrise de soi, André Nocquet fut un novateur passionné, un de ces hommes qui, doués d'une compréhension instantanée de l'essentiel, entreprennent des œuvres d'utilité publique. D'ailleurs, tous les moments de son existence semblent mus par une même vocation secrète qui ne déclinera son identité qu'avec la découverte de l'aïkido. Retraçons l'itinéraire de ce pionnier.

Lire la suite

André Nocquet, la Voie Directe

Publié le : 09/10/2008
Catégorie : articles
Tags : nocquet , interview

Une interview d'André Nocquet parue dans la presse il y a une vingtaine d'années.

Certains, qui ne pratiquent pas évidemment, prétendent que les arts martiaux sont des écoles de la violence ! Que pensez-vous de ces affirmations ?

Ah ! non! non ! Je crois au contraire, que lorsque l'on pratique les arts martiaux, c'est pour appeler en nous la Paix, la Paix en nous-mêmes et ensuite la communiquer aux autres. Quelques fois, au cours de mes nombreux voyages, j'ai rencontré des gens qui en apprenant ma profession me disaient : "Oh la la ! Vous devez être dangereux ! Il ne faut pas s'attaquer à vous !" Je répondais alors : Monsieur, c'est vous qui êtes dangereux parce que vous avez peur ! Le véritable homme d'art martial, c'est l'homme qui a en lui la confiance. Il est évident que si je suis entouré par quatre ou cinq personnes armées de poignards, ce ne sont pas tellement "mes techniques" qui vont être opérantes, ce sera, en moi, de pouvoir éviter le combat avec ces gens là et de pouvoir m'en aller tranquillement ! C'est ça le but des arts martiaux donner en Soi une confiance qui vous permette de ne pas avoir peur de canaliser l'agressivité. Je dis canaliser et non pas "bousculer" comme disent maintenant certains : On ne bouscule pas l'agressivité, je crois.

Lire la suite

La théorie démontrée

Publié le : 01/12/2007
Catégorie : articles
Tags : cebille

Un article écrit par Claude Cébille

"Vois-tu, dans notre discipline, le temps dans sa durée n'existe pas , c'est la victoire de l'instant, la fusion parfaite des contraires, ni passé, ni futur, ni vainqueur, ni vaincu car la paix réelle n'existe que dans ce furtif moment, à la recherche de l'osmose parfaite que l'on ne trouvera que dans l'action, car l'action efface le temps et nettoie notre esprit."

Cela faisait un bon mois qu'à la fin du repas le maître m'avait parlé ainsi, et, sans que je sache exactement pourquoi, ces paroles m'étaient restées gravées. Je me souvenais surtout de l'étrange sensation de bien-être qui me parcourait chaque fois qu'il me faisait l'honneur de m'inviter à sa table, ce qui nous donnait l'occasion de discuter des choses de la vie en dehors des tatamis où il ne fallait que bouger, transpirer, sans palabrer.

Nous étions quelques jours avant que l'année ne se termine. Juste avant les ablutions, le maître nous réunit, trois camarades d'entraînement et moi-même. "Messieurs, nous dit-il, une théorie n'ayant pas prouvé son efficience ne restera toujours qu'à l'état de théorie. Je vous donne donc rendez-vous dans ce Dojo le trente et un décembre à vingt-trois heures trente avec vos effets d'entraînement." Évidemment, la surprise fut totale tant pour mes camarades que pour moi-même, ce qui eu pour conséquence de nous voir, en guise de réponse, nous incliner tous en même temps.

Lire la suite